Transférer plus d’un embryon par cycle

A part les éventuelles complications de santé suivis dans beaucoup de cas par les complications sociales lors d’une grossesse multiple, un nouvel argument vient de s’ajouter contre les transferts de plus d’un embryon dans un cycle. Dans le cas de jumeaux, il existe une probabilité de 50% qu’il s’agira de fille et de garçon. Une étude comprenant 13‘800 jumeaux, qui sont nées dans les années 1967- 1978 en Norvège, et qui a été publiée la semaine passé dans la revue de prestige PNAS, démontre que les filles qui naissent de telles grossesses restent handicapées à vie. Elles ont plus souvent des troubles de comportement avec tendande vers l’agressivité, elles ont des résultats scolaires plus faibles, elles ont plus de peine à terminer une formation secondaire ou universitaire. De ce fait, elles ont moins de réussite dans la vie, ont des revenus et un niveau de vie plus faibles. A l’âge adulte elles ont aussi plus souvent les problèmes de reproduction.

Le coupable est l’exposition à la testostérone qui est produite par le frère encore durant le développement intra-utérin. La placenta ne représente pas pour cette hormone une barrière efficace et influe négativement sur le développement du cerveau feminin. La même influence de la testostérone sur le foetus feminin durant le développement intra-utérin a été décrite chez certaines espèces de mammifères il y a 50 ans. Dans ce cas, la testostérone cause une sterilisation complète de la femelle.