Coronavirus COVID-19

Le personnel de la clinique suit de près la situation épidémiologique et les recommandations des autorités officielles de la République tchèque, de l’Union européenne, des États-Unis et de l’Organisation mondiale de la santé. Les recommandations officielles concernant la reproduction assistée directe n’ont pas été publiées et, malheureusement, nous ne disposons pas actuellement d’informations pertinentes sur l’impact du coronavirus sur la reproduction et la grossesse. En général, cependant, toute infection peut affecter le résultat du traitement, et nous avons tous en mémoire les effets de l’infection par le virus Zika de 2016 sur le fœtus à naître.

Par mesure de précaution et en lien avec la propagation de l’épidémie de COVID-19 et son évolution sévère chez certains patients, inspirés des recommandations des stations de transfusion sanguine, nous recommandons aux patients et à leurs partenaires d’essayer de minimiser le risque d’infection. Cela signifie notamment: éviter les déplacements inutiles vers les zones à risque, les transports en commun, la participation à des événements de masse avec une concentration de population plus élevée, etc. avant le traitement (c’est-à-dire au moins un mois avant la stimulation) et après le transfert d’embryons (au moins jusqu’à la fin du premier trimestre). et respecté attentivement les règles générales d’hygiène personnelle.

Les patients des zones à risque ne doivent pas initier de traitement dans la situation actuelle. Les patientes qui répondent aux critères de diagnostic de l’infection à COVID-19 ne doivent pas chercher à devenir enceintes. Pour ceux qui ont déjà commencé le traitement, nous suggérons qu’ils envisagent de geler tous les embryons et de venir au transfert d’embryons jusqu’à ce qu’ils ne montrent aucun signe de la maladie.

Chez les donneurs d’ovocytes et les donneurs de sperme, les antécédents médicaux du voyageur sont très soigneusement pris en compte par rapport aux informations actuelles concernant la situation épidémiologique. Après leur retour de la zone à risque, les donneurs sont temporairement exces pour 28 jours du programme pour des raisons préventives.